realhiphop

J'ai crée ce forum, pour partager ma culture hip hop, car la signification du mot hip hop signifie beaucoup de choses et peu de gens le savent .
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Batum : "Zéro pression"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnC
Admin


Messages : 75
Date d'inscription : 22/10/2007
Age : 31

MessageSujet: Batum : "Zéro pression"   Mer 24 Oct - 16:39

Pour sa deuxième saison en Euroligue, Nicolas Batum, le grand espoir français, estime que Le Mans va jouer sans pression contre le Maccabi, jeudi pour son premier match. L'ailier, qui brille depuis deux matches en Pro A, revient sur son début de saison et estime que le MSB peut viser le Top 16.

NICOLAS BATUM, Le Mans tarde à trouver ses marques sur le plan collectif en Pro A (deux victoires en quatre matches), comment jugez-vous le début de saison du MSB?

N.B. : Notre entame de championnat est un peu mitigée. Nous avons subi une défaite un peu inexplicable face à Hyères-Toulon. Elle nous a plongés dans le doute. Après, c'était difficile d'enchaîner à Gravelines. Mais bon, nous nous sommes bien rattrapés contre Pau-Orthez ce week-end. On a retrouvé nos marques. A mon avis, on a lancé notre saison.

La victoire contre Pau arrachée grâce à une belle réaction d'orgueil peut-elle être un déclic ?

N.B. : J'espère. Sur les deux matches précédents cette rencontre, nous n'avions pas montré ce visage-là. Le fait d'avoir su trouver de nouvelles ressources pour venir à bout de Pau est encourageant surtout que nous avons un effectif assez jeune. Cette victoire va nous apporter encore plus de confiance dans notre jeu pour la suite de la saison.

Un mot sur les recrues. Le shooteur israélien Raviv Limonad, le pivot Sam Clancy, Luka Bogdanovic et surtout Philipp Ricci, qui n'arrive pas à retrouver son niveau après une saison en Corée.

N.B. : Raviv a eu du mal à trouver ses marques au début de saison. Mais, il commence à se sentir de mieux en mieux dans le collectif et ça se voit. A Pau, il nous permet de rester en vie dans le deuxième quart temps. Après, il y a Luka, qui est redoutable grâce à son tir extérieur et sa polyvalence au poste 3 et 4. En ce qui concerne Philipp Ricci, c'est plus compliqué. Il a du mal à trouver son jeu mais je ne m'inquiète pas. A l'entraînement, il est toujours là, il est toujours positif. D'accord, il est dans une mauvaise passe mais nous faisons tout pour le remettre dans le bain. C'est une question de temps. Enfin, Sam Clancy, c'est un gros rebondeur. En attaque, il est moins redoutable mais en défense il gène énormément les intérieurs d'en face grâce à son activité. Il est indispensable.

Et Antoine Diot, votre coéquipier en équipe de France juniors ?

N.B. : Antoine est un peu dans le même cas que moi l'année dernière. Il a fait de bonnes choses en N1 mais découvrir le niveau professionnel à 18 ans n'est pas évident. Il est en train d'engranger de l'expérience. Il n'est pas vraiment ridicule lors de ses entrées. Il montre même de belles choses. Maintenant, il ne peut que progresser surtout qu'on voit comment il travaille à l'entraînement.

Est-ce que vous essayez de lui donner des conseils ?

N.B. : Pas vraiment. Je laisse Yannick s'occuper de lui. Moi, j'essaye de l'intégrer dans le club, mais au niveau du jeu, Yannick lui donne des conseils car ils jouent tous les deux au même poste.

Sur le plan collectif, quelles leçons avez-vous tiré de votre première expérience en Euroligue ?

N.B. : L'importance de jouer les rencontres pendant 40 minutes. L'année dernière, nous avons perdu sept matches de moins de quatre points. Nous avions vraiment du mal à finir les matches. Conclusion, cette saison, nous voulons jouer jusqu'au bout. Ne rien lâcher et jouer à fond pendant 40 minutes.

Pensez-vous que le MSB est plus apte à jouer l'Euroligue cette année que la saison passée ?

N.B. : Franchement, je ne sais pas. Bien sûr, nous avons moins d'individualités avec les départs d'Eric Campbell, Sandro Nicevic et Kenny Gregory mais nous avons une meilleure cohésion dans le groupe, un meilleur collectif. A mon avis, nous pourrons proposer une défense plus solide que la saison passée.

Quelles sont les ambitions du Mans cette saison en Euroligue ?

N.B. : Le Top 16. Essayer d'accrocher le Top 16 semble difficile au premier abord mais nous pensons avoir la capacité de le faire. On n'a pas une grosse équipe mais c'est peut-être ça notre point fort. Nous sommes sous-estimés par toutes les autres formations, nous tenterons donc de jouer le coup de la surprise le plus souvent possible.

Le manque de taille dans la raquette (Koffi est le plus grand avec 2m05) ne vous inquiète-t-elle pas ?

N.B. : Peut-être. Mais voilà, nous devrons être encore plus solidaires. Les ailiers par exemple, comme Luka et moi, nous allons devoir aider nos intérieurs aux rebonds. Il faudra vraiment jouer ensemble aussi bien en attaque qu'en défense.

Dans votre poule, il y a clairement trois favoris avec l'Efes Pilsen, Malaga et le Maccabi. Et justement, vous débutez par l'un des favoris de votre poule avec le Maccabi. Comment abordez-vous ce premier match ?

N.B. : On a zéro pression. Le Maccabi sort de sa plus mauvaise saison depuis quatre ans en Euroligue. Ils vont vouloir débuter très fort chez eux pour se réconcilier avec leur public. Ils vont vouloir nous tuer dès les premières minutes. Il faudra que l'on reste sur nos gardes pour jouer les yeux dans les yeux. Et surtout ne pas partir avec l'idée que l'on va en prendre 30. L'année passée, nous nous étions imposés à Efes Pilsen. Il faut s'en inspirer.

Au niveau personnel, après un début de saison timide, vous avez montré l'étendue de votre potentiel lors des deux derniers matches contre Gravelines et Pau. Est-ce cela signifie que vous avez déjà trouvé votre place dans ce nouvel effectif manceau ?

N.B. : Je le pense. J'ai complément compris mon rôle dans ce groupe. J'ai réussi à mettre de côté tout le bruit qu'il y a autour de moi. Je ne me prends plus la tête par rapport à tout ce que l'on dit depuis l'été. Je me concentre uniquement sur l'équipe du Mans. Le championnat et l'Euroligue. Je fais abstraction du reste.

Pour vous, l'Euroligue est-il un tremplin indispensable pour progresser le plus possible dans la perspective de la suite de votre carrière et notamment la NBA ?

N.B. : Si j'avais été en NBA, j'aurais joué deux minutes par match alors que là je peux en jouer 38 en Euroligue. A 18 ans, le choix était donc facile. Je vais pouvoir continuer d'apprendre le haut-niveau pour m'habituer à l'intensité pour pouvoir plus haut ensuite. Cette année, j'ai plus de responsabilités au Mans. Pouvoir disputer l'Euroligue avec un rôle majeur, c'est vraiment un plus pour moi.

Est-ce vous vous êtes fixé des objectifs personnels ?

N.B. : Pas encore. En Pro A oui, mais pas en Euroligue. En championnat, Vincent (ndrl : Collet) m'a demandé de prendre cinq ou six rebonds et trois passes minimum. Pour les points, on verra. En fait, c'est d'essayer d'être présent dans tous les compartiments du jeu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://realhiphop.forumpro.fr
 
Batum : "Zéro pression"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Info] Le groupe allemand BBQ reprend "Durch den Monsun"
» Festival "autour des cuivres" - du 20/10 au 24/10 - Cournon d'Auvergne
» [TV Allemagne] Le groupe aux émissions "Schlag den Raab" et "Wetten, dass..."
» [Chronique] Lonewolf "The Dark Crusade"
» [Video] "My Black Mama" taught by Stefan Grossman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
realhiphop :: Hip-Hop Lifestyle :: News Sport-
Sauter vers: